Prières en souvenir de l'être cher...

Mère, tu n'es plus là!
Le foyer triste et vide
Conserve le reflet de ta grande bonté.
Ton coeur savait si bien tout remplir de gaieté.
Il semble qu'en ces lieux, ton âme encore réside.
Et pourtant, dans la paix de l'immortalité,
Ô grande éducatrice remplie de charité,
Dieu te rappelle au banquet que son amour préside.
Mère, nous garderons ton pieux souvenir.
Sur notre immense deuil, notre grande souffrance,
Fais luire de là-haut, un rayon d'espérance.
Mère, veille sur nous, souvent viens nous bénir.

Console-toi, chère épouse, tu as fait mon bonheur ici-bas, je t'aimerai au ciel comme je t'aimais sur la terre.
Mes chers enfants, je vous en supplie, ne m'oubliez jamais.
Pourquoi pleurer mon départ puisque la mort est la fin de mes souffrances.
Soumis à la volonté de Dieu, j'ai vu venir la mort avec le calme et le courage que donne la foi.
Qu'il est doux de mourir quand on a bien souffert; qu'il est doux de d'endormir sur la croix et de s'éveiller pour entrer au ciel.
Si vous m'aimez, priez beaucoup, communiez souvent pour moi.
Ô mon Dieu, bénissez ma famille et soyez le protecteur de mes enfants.

Adieu, parents bien-aimés, frères et soeurs chéris.
Bien jeune encore, mon pélerinage est déjà fini, je n'ai pu détourner l'impitoyable glaive de ma carrière.
Bon et tendre Jésus, je me suis soumise à votre volonté, j'ai vu venir la mort avec le calme et le courage que donne la foi.  Mon Dieu, je retourne à vous afin de vous aimer davantage et de vous prier avec plus de ferveur pour ceux qui demeurent après moi.
Ne pleurez pas, je vous attendrai au Ciel, la famille s'y reformera et les larmes seront séchées.
Une communion, une prière, S.V.P.

Adieu, chère épouse.  Adieu, chers parents et amis.  Je me suis soumis à la volonté de Dieu, j'ai vu venir la mort avec le calme et le courage que donne la foi.
Du haut du ciel béni, je ne vous quitterai pas.  Consolez-vous, tournez vos regards vers le ciel et pensez qu'un jour viendra où vous mourrez tous, et lorsque vous viendrez chercher votre récompense, je serai à votre rencontre suppliant Dieu à mon tour de vous ouvrir la céleste Patrie.
Je vous en supplie, ne m'oubliez pas, restez unis dans la foi, bientôt nous nous réunirons dans l'éternité.

La mort ne m'a pas laissé le temps de vous dire Adieu.  Du haut du ciel, chère épouse et enfants bien-aimés, je vous suis pas à pas, restez unis entre vous, ne m'oubliez jamais.
Seigneur, vous savez combien je désirais être auprès des miens pour leur faire du bien; puisque vous m'avez rappelé à Vous, Seigneur, prenez ma place auprès d'eux, soyez leur ami et leur consolateur.
Mon Dieu, j'ai achevé ma course, mon pélerinage est terminé, j'ai consommé l'oeuvre que vous m'aviez confiée, et maintenant je retourne à vous afin de vous aimer et de vous prier avec plus d'amour et de ferveur pour ceux qui vont demeurer après moi.
Ô vous que j'ai tant aimés sur la terre, priez pour moi; réjouissez-vous avec moi de ce que je quitte cette terre de peines pour aller au séjour de la paix.
Il est toujours pénible de devoir se séparer d'un être cher.   Mais sachez accepter cette séparation avec foi et confiance, en pensant aux choses merveilleuses qu'il me sera donné de connaître dans cette nouvelle vie.
Je ne vous dis pas adieu, mais au revoir.  Pensez à moi sans tristesse et attendez avec confiance le moment où vous me rejoindrez.
"Mon Dieu donnez-moi la Sérénité d'accepter les choses que je ne puis changer
le Courage de changer les choses que je peux
et la Sagesse d'en connaître la différence."
Ne pleurez pas, je vais à Dieu, je vais vous attendre au Ciel, là où la famille se reformera, et les larmes seront séchées.
Ô vous que j'ai tant aimés sur la terre, priez pour moi; vivez toujours de manière que nous puissions être au Ciel.
Réjouissez-vous avec moi de ce que je quitte cette terre de peines pour aller au séjour de la paix.
Consolez-vous, tournez vos regards vers le Ciel, pensez qu'un jour viendra où vous mourrez tous, et lorsque vous viendrez chercher votre récompense, je serai à votre rencontre, suppliant Dieu à mon tour de vous ouvrir la Céleste Patrie.
La mort nous a séparés, le souvenir et la prière doivent nous unir.
Adieu! au revoir au Ciel.  Une communion, une prière, S.V.P.
PRIÈRE
de Saint François d'Assise

Seigneur, faites de moi un
instrument de votre paix!

Là où est la haine...
que je mette l'amour
Là où est l'offense...
que je mette le pardon
Là où est la discorde...
que je mette l'union
Là où est l'erreur...
que je mette la vérité
Là où est le doute...
que je mette la foi
Là où est le désespoir...
que je mette l'espérance
Là où sont les ténèbres...
que je mette la lumière
Là où est la tristesse...
que je mette la joie
Ô maître,
que je ne cherche pas tant
À être consolé... qu'à consoler
À être compris... qu'à comprendre
À être aimé... qu'à aimer

Je vous ai laissés dans les pleurs, mais consolez-vous avec moi, quoique séparés nous sommes encore unis; n'oubliez donc pas celle que vous pleurez encore.
J'implore les prières de tous ceux qui m'ont connue et aimée.
"Pour consoler
dans la souffrance

Ceux qui ont la foi
en l'avenir,

Dieu fit un frère
à l'espérance

Et le nomma:
Souvenir."

SOUVENEZ-VOUS A SAINT JOSEPH

Souvenez-vous, ô très chaste époux de la Vierge Marie, mon aimable protecteur, saint Joseph, qu'on n'a jamais entendu dire que quelqu'un ait invoqué votre protection et demandé votre secours sans avoir été consolé.  Animé d'une pareille confiance, je viens à vous et me recommande à vous de toute la ferveur de mon âme.  Ah! ne rejetez pas ma prière, ô père adoptif du Rédempteur, mais daignez l'accueillir avec bonté.  Ainsi soit-il.
Miséricordieux Jésus, donnez-lui le repos éternel.

Son caractère droit et la bonté de son coeur lui gagnaient l'affection de tous ceux qui l'entouraient.
Il était aimé de tous, et ceux qui l'ont connu l'ont honoré de leur estime pendant sa vie, et l'accompagnèrent de leurs regrets après sa mort.
Sa mort a laissé dans nos coeurs une plaie profonde.
Souvenez-vous de moi, vous du moins qui êtes mes amis, car la main du Seigneur m'a frappé.
Coeur Sacré de Jésus, j'ai confiance en vous.
Daignez Seigneur, récompenser tous ceux qui font du bien à cause de votre nom en leur donnant la vie éternelle.
La pensée d'un rendez-vous au ciel adoucit nos deuils et remplit nos coeurs d'espérance.
Mon Dieu, ayez pitié de nous, gardez-nous, sauvez-nous.
Maintenant que la mort a fermé ma paupière, que le dernier chant du prêtre du Seigneur s'est fait entendre, que la terre a couvert mon corps, vous tous que j'ai aimés, priez pour moi.
Tout ce que je vous demande, parents et amis, c'est de vous souvenir de moi devant l'autel du Seigneur.
Ne pleurez pas, oh! mes parents, oh! mes amis, c'est avec joie que je quitte une vallée de larmes pour le royaume des cieux.

Je meurs, mais mon amitié ne meurt pas; je vous aimerai au ciel comme je vous ai aimés sur la terre.   Souvenez-vous de moi, vous au moins qui êtes mes amis, car la main du Seigneur m'a frappé.

Oh! priez Dieu chaque jour, afin qu'il daigne me recevoir bientôt au séjour de la paix, et là je ne vous oublierai pas.
Miséricordieux Jésus, donnez-lui le repos éternel.

Souvenez-vous de moi
Ô Marie, ma Mère, lorsque la maladie me clouant sur un lit de douleurs semblera m'anéantir, Souvenez-vous de moi.
Ô Marie, ma Mère, lorsque je ne pourrai plus vous adresser une prière, Souvenez-vous de moi.
Ô Marie, ma Mère, au lit de l'agonie, Souvenez-vous de moi.
Ô Marie, ma Mère, lorsque la mort viendra avec ses menaces et ses terreurs, Souvenez-vous de moi.
Ô Marie, ma Mère, quand je serai sur le point de paraître devant mon Juge, Souvenez-vous de moi.
Ô Marie, ma Mère, dans les flammes du purgatoire, Souvenez-vous encore de moi.

Seigneur, prêtez l'oreille à nos prières; nous implorons humblement votre miséricorde, afin que vous introduisiez dans le séjour de la paix et de la lumière l'âme de votre serviteur que vous avez retirée de cette terre, et que vous l'admettiez dans la société de vos saints.  Nous vous le demandons par Notre Seigneur Jésus-Christ...
(Messe des défunts)
Miséricordieux Jésus, donnez-lui le repos éternel.
Mon Jésus, miséricorde.
La mort du juste est le soir d'un beau jour et l'aurore d'un jour plus beau encore, elle marque la fin de ses peines, elle consacre sa victoire et lui ouvre la vie éternelle.
Ô Marie, ayez pitié de ceux qui s'aimaient et qui ont été séparés, ayez pitié de ceux qui pleurent, de ceux qui prient, donnez à tous l'espérance et la paix.
Miséricordieux Jésus, donnez-lui le repos éternel.
Coeur Sacré de Jésus, j'ai confiance en vous.
Une communion, un prière, S.V.P.
Adieu, mes bons parents, amis et tous ceux qui m'ont connue.   Je me voyais au printemps de la vie dans la fraîcheur de l'âge le plus beau et Dieu m'appelle...  Hélas! je dois partir, tous mes projets d'avenir sont descendus avec moi dans la tombe.  Je vous fais mes adieux.  Je vous attends et je vous aime au Ciel.
Tout ce que je vous demande, parents et amis, c'est de vous souvenir de moi, devant l'autel du Seigneur.
Miséricordieux Jésus, donnez-lui le repos éternel.
Mon Jésus, miséricorde.
Seigneur, vous nous l'aviez prêtée pour faire notre bonheur, vous la réclamez, nous vous la cédons sans murmure mais le coeur navré de douleur.   Il faut se taire, Dieu l'a cueillie avant que la terre ne l'ait flétrie.  Ne pleurez pas maman, mon sort est heureux.  J'ai quitté la terre pour l'envolée aux cieux.  Au revoir, mon cher papa, mes frères, mes soeurs chéries.  Vous, mes grands-parents, calmez votre douleur.  Je serai pour vous l'étoile qui luit.   Puisqu'au jardin céleste je deviens une fleur, Dieu est venu me réclamer pour orner son paradis; l'adorer, et chanter ses louanges à côté de Marie, là où je vous attends.
Après avoir été la joie de sa famille, il en sera l'ange gardien.
Ne pleurez pas, je vais à Dieu, je vais vous attendre au ciel, la famille s'y reformera et les larmes seront séchées.
Comme un lys à peine épanoui, son âme a été cueillie pour les demeures éternelles.
C'est un don de Dieu de mourir jeune et sans tache.  La raison ne nous le dit pas, mais la Foi nous en persuade.

Il était le bonheur de la maison, et il en restera l'Ange Gardien.
Cher petit Ange, près de Dieu, prie pour ceux que tu as laissés sur la terre.

Chers parents et amis, je meurs, mais mon amitié ne meurt pas; mon pélerinage est fini, je vous en supplie ne m'oubliez jamais, restez unis entre vous.
Oh! priez Dieu chaque jour, afin qu'il daigne me recevoir bientôt au séjour de la paix et là je ne vous oublierai pas.
Miséricordieux, donnez-lui le repos éternel.
Comme la rose à peine épanouie
Elle n'a vécu qu'un jour!
Elle n'a vécu que ce que vit la rose.
Pour être à notre amour, trop tôt ravie
Dieu l'a cueillie
Avant que la terre ne l'ait flétrie.
Suivons au séjour des anges
Notre petite colombe douce et blanche.

Oui consolez-vous, nous nous retrouverons un jour au ciel où je vous attends.

Trop pur pour cette terre
Le ciel le réclamait
La douleur fut amère
Aux parents qu'il laissait
Après avoir été la joie et le bonheur de sa famille sur la terre, au Ciel il en sera l'Ange Gardien.  Jésus est venu cueillir ce lys dans sa fraîcheur pour orner ses demeures éternelles.
Adieu, chers parents et amis.
Il est parti, robuste et serein
Vers le ciel, ce dimanche matin
Sans crainte du lendemain
Avec des yeux parsemés de chagrin.
La vie fut pour lui remplie de labeurs
Mais il a travaillé avec toute son ardeur
A répandre dans sa famille, frères et soeurs
Le renoncement qui mène au bonheur.
Le coeur brisé d'amour
Nous le reverrons un jour
Pourquoi pleurer?
Puisqu'il y a l'éternité.
Sa maladie fut longue.  Elle nous permit de mesurer toute la générosité et la résignation de son âme.  Ce fut la victime se conformant sans cesse à la volonté de Dieu.
Elle a beaucoup souffert, mais elle était contente de souffrir pour le bon Dieu qui est si bon: et par là lui sauver des âmes.

ORAISON
Ô Dieu, récompense des âmes fidèles, prêtez une oreille favorable à nos supplications et accordez à l'âme très chère de celle que nous pleurons, le séjour du rafraîchissement, les délices du repos et la splendeur de la lumière éternelle.   Par Notre Seigneur Jésus-Christ.
Miséricordieux Jésus, donnez-lui le repos éternel.
Coeur immaculé de Marie, priez pour elle.

Tendre épouse et chers enfants, je suis parti de ce monde pour un monde meilleur, cessez de pleurer.
J'ai pleuré moi-même en vous quittant, de vous voir, auprès de mon lit, prier et supplier Dieu de me laisser avec vous.  Oui, c'est un départ qui est douloureux.
Ô Jésus, qui avez tant souffert pour nous, délivrez-moi des peines du purgatoire.
Du haut du ciel, je ne vous quitterai pas, chers enfants, je vous suis et je pleure avec vous.  Adieu, tout est fini.
Vers le ciel je m'achemine... Là je me reposerai éternellement.
Ô mon Dieu, bénissez ma famille et soyez le protecteur de mes enfants.
Donnez-lui, Seigneur, le repos éternel.
Il a été un père exemplaire: bon, très bon, dévoué, doux mais ferme, généreux; sa vie a été un don total et continuel.
Il a vécu pour les autres, pour son épouse et ses enfants; très rarement pour lui; il restera un modèle pour tous.  Il nous laisse comme héritage l'exemple de ses vertus; tout spécialement, son grand esprit de foi, sa patience héroïque dans les épreuves, son remarquable esprit de travail, sa soumission entière en l'adorable vouloir divin.
Il a vu la mort venir; il était prêt.  Sa mort est celle du juste; le couronnement de sa belle vie.
Dans la paix de Dieu, il nous invite à regarder la terre comme un lieu d'exil; la vie présente comme un bref passage et le ciel comme notre commune patrie.
"Restez unis entre vous", nous disait-il, "aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés moi-même; pratiquez la vertu et un jour nous serons tous réunis dans le "Chez-nous" de Là-Haut."
Il était un père tendre, vaillant et généreux, et l'amour qu'il portait à sa famille ne nuisait en rien à la charité qu'il devait à son Dieu.
Ceux qui le virent en passant le regrettent; ceux qui le connurent le pleurent; ceux qui l'aimèrent le regretteront et le pleureront toujours.
Bonne et tendre Marie, je vous confie ceux que je laisse sur la terre, protégez-les, sauvez-les.
Je vous rends grâces, ô mon Dieu!
Vous m'aviez prêté une bonne mère; mais je sais bien qu'elle n'était pas pour moi.   Maintenant, mon Seigneur, vous l'avez retirée à vous et votre Providence l'a eue pour agréable.  Il est vrai que je la chérissais plus que toutes les créatures du monde.  Néanmoins, puisque vous l'avez ordonné de la sorte, que votre volonté soit faite.
Que son âme repose dans la paix éternelle!  Ainsi soit-il.
Coeur de Jésus, soyez mon amour.
Coeur de Marie, soyez mon salut.
Seigneur, nous vous rappelons celle qui fut si pieuse envers vous, si affectueuse et dévouée pour les siens.
La vieillesse est une couronne d'honneur lorsqu'elle se passe dans la prière, la justice et la charité.
Elle est morte sans souffrance, en paix avec Dieu, laissant les siens dans une douleur profonde.
Daignez, Seigneur, la récompenser du bien qu'elle a fait, en lui donnant la vie éternelle.
Adieu, chère épouse, enfants et parents bien-aimés.  Je me suis soumis à la volonté de Dieu, j'ai vu venir la mort avec le calme et le courage que donne la Foi.
Si vous m'aimez vraiment, priez beaucoup et communiez souvent pour moi.
Ô mon Dieu, bénissez ma famille et soyez le protecteur de mes enfants.
Miséricordieux Jésus, donnez-lui le repos éternel.
Mon Jésus, miséricorde.
Chère épouse et chers enfants, je meurs, mon pélerinage est fini, je vous en supplie, ne m'oubliez jamais; restez unis entre vous, demeurez inébranlables dans la foi; bientôt nous nous réunirons dans l'éternité.
Bonne et tendre Marie, Mère des orphelins, je vous confie ceux que je laisse sur la terre, protégez-les, sauvez-les.
Recevez, Seigneur, dans vos bras paternels l'âme de notre cher père que la mort nous a trop tôt ravi.
Doux coeur de Jésus, soyez mon amour.
Doux coeur de Marie, soyez mon salut.
Chers enfants, je vous ai quittés, non sans déchirement, mais j'ai espéré dans le Seigneur.
Quelle joie de contempler le Dieu d'amour et de lui confier les secrets de vos coeurs.
Ne m'oubliez pas, car je suis toujours avec vous.
Je vous mets dans les bras de Marie afin qu'elle vous protège et vous sauve.
Ne pleurez pas, je vais à Dieu, j'ai rejoint ceux que j'aimais et j'attends ceux que j'aime.

(Bossuet)

Seigneur, vous savez combien je désirais être auprès des miens pour leur faire du bien; puisque vous m'avez rappelée à Vous, Seigneur, prenez ma place auprès d'eux, soyez leur ami et leur consolateur.
Quand Dieu rappelle à Lui une mère chrétienne, il lègue à son enfant le souvenir de ses vertus pour être son modèle et sa force.

(Père de la Colombière)

La perte d'une mère est le premier chagrin que l'on pleure sans elle.
Seigneur, secourez son âme que vous avez rachetée par votre Sang Précieux.
Coeur Sacré de Jésus, j'ai confiance en Vous.

Mon Dieu, trop tôt hélas, tu es venu chercher cet être cher qui, connaissant la souffrance autant physique que morale, ne cessait de combattre pour des jours meilleurs.
Une fois de plus encore, tu as choisi la plus douce, la plus tendre des mamans, l'épouse fidèle, l'amie réconfortante et sincère; mais en ton paradis si pur et si blanc soit-il, essaie de lui donner une place de grand choix et de rendre hommage à une Grande Dame qui a su quitter avec courage et dignité son humble demeure dont elle était si fière...
En son nom, Dieu tout-puissant, nous te remercions.
Amen!
Je vous supplie, épouse bien-aimée, et vous chers enfants, ainsi que tous ceux qui m'ont connu, de vous souvenir de moi dans vos prières.
J'ai espéré en Vous, Seigneur, je ne serai point confondu pendant l'Éternité.
Daignez, Seigneur Jésus, ne point séparer dans le ciel ceux que vous avez si étroitement unis sur la terre.
Vous tous que j'ai aimés, priez Dieu pour moi.
Elle était bonne, aimable, indulgente envers tous, et son dévouement ne connut point de bornes.
Elle était aimée de tous, et tous ceux qui l'ont connue l'ont honorée de leur estime pendant sa vie et l'accompagnèrent de leurs regrets après sa mort.
L'honneur d'une mère fait la gloire des enfants.
Ô mon Dieu, protégez notre mère et donnez à son âme le repos et la lumière éternels.
Miséricordieux Jésus, donnez-lui le repos éternel.
Mon Jésus, miséricorde.
Une communion, un prière, S.V.P.
Notre Père que es aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite
sur la terre comme au ciel.
Donnes-nous aujourd'hui
notre pain de ce jour.
Pardonne-nous nos offenses
comme nous pardonnons aussi
à ceux qui nous ont offensés.
Et ne nous soumets pas
à la tentation,
mais délivre-nous du mal.

La mort n'est rien.  Je suis seulement passé de l'autre côté.   Je suis moi.  Vous êtes vous, ce que nous étions les uns pour les autres, nous le sommes toujours.  Donnez-moi le nom que vous m'avez toujours donné.   Parlez-moi comme vous l'avez toujours fait.  N'employez pas un air solennel ou triste.  Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble...  Priez, souriez, pensez à moi.  Que mon nom soit prononcé à la maison comme il l'a toujours été, sans emphase d'aucune sorte, sans une trace d'ombre.  La vie signifie ce qu'elle a toujours signifié.  Elle reste ce qu'elle a toujours été.  Le fil n'est pas coupé.  Pourquoi serais-je hors de votre pensée, simplement parce que je suis hors de votre vue?  Je vous attends, je ne suis pas loin... juste de l'autre côté du chemin, vous voyez, tout est bien.
Continuez.
LE SEIGNEUR EST
MON BERGER

Le Seigneur est mon Berger,
Rien ne saurait me manquer
Le Seigneur est mon Berger,
Je ne manque de rien;
sur des prés d'herbe fraîche
Il m'a fait reposer;
Vers les eaux du repos il me mène
pour y refaire mon âme.
Il me guide par de justes chemins
pour l'amour de son nom;
passerais-je un ravin de ténèbres,
Je ne crains aucun mal;
près de moi, ton bâton, ta houlette
sont là qui me consolent.
Devant moi, tu apprêtes une table
face à mes adversaires;
d'une onction tu me parfumes la tête
et ma coupe déborde.
Grâce et bonheur m'accompagnent
Tous les jours de ma vie;
ma demeure est la maison du Seigneur
en la longueur des jours.
Gloire au Père, au Fils, au St-Esprit
Maintenant et à jamais;
Comme Il est, Il était et qui vient
Dans les siècles, des siècles, Amen

Je vous salue Marie,
pleine de grâces,
le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie
entre toutes les femmes
et Jésus le fruit de vos entrailles
est béni.

Sainte Marie,
mère de Dieu,
priez pour nous pauvres pécheurs
maintenant
et à l'heure de notre mort.


Nous avons écrit ton nom
dans le sable
Mais la vague l'a effacé
Nous avons gravé ton nom
sur un arbre
Mais l'écorce est tombée
Nous avons incrusté ton nom
dans le marbre
Mais la pierre a cassé
Nous avons enfoui ton nom
dans nos coeurs
Et le temps l'a gardé
Me voici, ô bon et très doux Jésus, prosterné en votre présence.   Je vous conjure avec toute l'ardeur de mon âme, de daigner imprimer dans mon coeur, de vifs sentiments de fois, d'espérance et de charité, un vrai repentir de mes fautes et une très ferme volonté de m'en corriger; tandis qu'avec une grande douleur, je considère et contemple en esprit vos cinq plaies, ayant devant les yeux ces paroles que le prophète David vous adressait déjà, en les mettant dans votre bouche, ô bon Jésus, ils ont percé mes mains et mes pieds, ils ont compté tous mes os.
Coeur Sacré de Jésus, j'ai confiance en vous.
Je ne vous dis pas adieu, mais au revoir.
J'ai vu venir la mort avec sérénité, courage et sagesse.
En fermant mes paupières, je me suis soumis à la volonté de Dieu.
Du haut du ciel, je vous suivrai pas à pas, et je ne vous quitterai pas.
Pourquoi pleurer mon départ, puisque la mort a été pour moi, la fin de
mes souffrances.
C'est grand la mort, c'est plein de vie dedans.
Empreintes
Une nuit, un homme fit un rêve.  Il rêva qu'il marchait sur une plage en compagnie du Seigneur.

Sur l'écran du ciel se profilaient les différentes étapes de sa vie.  Dans chaque scène, il pouvait distinguer l'empreinte de ses pas sur le sable ainsi que celle du Seigneur.

À la fin, l'homme jeta un regard derrière lui et il remarqua qu'à maints endroits sur le sentier de sa vie le sable ne portait qu'une seule suite d'empreintes.  Et, chose étrange, les différents intervalles correspondaient aux périodes les plus tourmentées de son existence.

Intrigué, il voulut interroger le Seigneur.

"Seigneur, dit-il, vous m'avez dit que si je voulais vous suivre vous marcheriez avec moi jusqu'au bout.   Mais je constate que les moments les plus pénibles de mon existence sont marqués d'une seule suite d'empreintes.  Je ne comprends pas pourquoi vous m'avez abandonné aux heures où j'avais le plus besoin de votre présence."

"Mon fils, répondit le Seigneur, je t'aime et jamais je ne te quitterai.  Si tu ne vois qu'une seule suite d'empreintes à chaque étape où tu étais aux prises avec la souffrance, c'est qu'alors, mon fils, je te portais dans mes bras."

«À ceux que j'aime... et ceux qui m'aiment»

Quand je ne serai plus là, relâchez-moi, laissez-moi partir.
J'ai tellement de choses à faire et à voir,
Ne pleurez pas en pensant à moi,
Soyez reconnaissant pour les belles années,
Je vous ai donné mon amitié, vous pouvez seulement deviner
le bonheur que vous m'avez apporté.
Je vous remercie de l'amour que chacun m'avez démontré,
Maintenant, il est temps de voyager seule.
Pour un court moment vous pouvez avoir de la peine, la foi vous apportera réconfort et consolation.
Nous serons séparés pour quelque temps.
Laissez les souvenirs apaiser votre douleur, je ne suis pas loin et la vie continue...
Si vous avez besoin, appelez-moi et je viendrai,
Même si vous ne pouvez me voir ou me toucher, je serai là, et si vous écoutez votre coeur, vous éprouverez clairement la douceur de l'amour que j'apporterai.
Et quand il sera temps pour vous de partir, je serai là pour vous accueillir.

Absent de mon corps, présent avec Dieu.

N'allez pas sur ma tombe pour pleurer,
je ne suis pas là, je ne dors pas,
je suis les mille vents qui soufflent,
je suis le scintillement des cristaux de neige,
je suis la lumière qui traverse les champs de blé,
je suis la douce pluie d'automne,
je suis l'éveil des oiseaux dans le calme du matin,
je suis l'étoile qui brille dans la nuit,
n'allez pas sur ma tombe pour pleurer,
je ne suis pas là, je ne suis pas morte.
 

 

 

Classement de sites - Inscrivez le vôtre!